Accueil Sols et Paysages

   Présentation
   Qu'est ce que c'est ?
   Comment l'utiliser ?
   Quelques notions
   
 Interroger
  Sols et Paysages

   Par carte 
   Par Grand Paysage
   Par commune 
   Photothèque
   

   Plan du site
   Accueil UMR LISAH

  Login : Invité  
  Dernière mise à jour  : 20/09/2004
  Questions et commentaires à
   SolWebMaster@ensam.inra.fr

  © UMR LISAH
  Montpellier

  Tous droits réservés.
  Informations légales
 
  Lexique


Le tableau ci-dessous comporte les éléments d'un lexique. Attention ! les définitions ci-dessous ont souvent été adaptées au contexte languedocien.
Merci de nous faire savoir les autres définitions que vous voudriez y voir figurer.

Sources :
  • Foucault A. et Raoult J.-F. - 1980. Dictionnaire de géologie. Masson, Paris, 331 p.
  • Lozet J. et Mathieu C. - 1997. Dictionnaire de science du sol. Lavoisier, Paris, 3e éd., 488 p.

MotDéfinition
alcalinSe dit d'un sol dont le pH est supérieur à 7.3. P.ex. les sols calcaires sont alcalins. A l'intérieur de cette catégorie, les sols présentant une teneur importante en carbonates et sulfates et de pH supérieur à 8.8 sont dénommés sols à alcali ; dans ces derniers, la forte teneur en sodium empêche la croissance de la plupart des plantes.
alluvionFormation sédimentaire issue du dépôt de matériaux sur une longue distance par des cours d'eau. Typiquement, l'observation d'alluvions en coupe verticale montre un tri des matériaux selon leur taille, les éléments les plus grossiers étant situés en-dessous. C'est également le transport par alluvionnement qui arrondit les éléments grossiers et les transforme en galets. L'alluvionnement peut également se traduire par le dépôt de limons de recouvrement à l'occasion du débordement du lit des rivières lors de crues exceptionnelles.
alocrisolSol relativement organique, léger et bien agrégé, acide, contenant des quantités importantes de fer et d'aluminium échangeables (anciennement sol brun acide et pro parte sol brun ocreux) [RPF].
altériteHorizon meuble des sols dans lequel la roche-mère est encore parfaitement reconnaissable et dont la structure est conservée. L'altérite constitue l'intermédiaire entre la roche brute et le sol qui la surmonte.
andosolType de sol caractéristique des climats frais et humides et développé sur des roches volcaniques vitreuses (basalte p.ex.). Ces sols sont souvent de couleur foncée, présentent une densité très faible (< 0.9) et sont capables de retenir des quantités très importantes d'eau, que les plantes ont pour autant des difficultés à extraire. En Languedoc-Roussillon, la plupart des andosols sont situés dans le massif de l'Escandorgue [RPF].
anthroposolSol formé de toutes pièces par l'Homme : des tas de granulats, des terrils revégétalisés, des sols sur décharge, ou la plupart des espaces verts modernes en font partie
appalachienSe dit d'un relief dans lequel une structure géologique plissée a été complètement usée et aplanie, puis dans un second temps rajeunie (en général par une remontée dans le paysage due à un rejeu tectonique) et reprise par l'érosion.
arèneSable grossier résultant de l'altération en place de roches riches en quartz et en feldspaths, comme les granites et les gneiss.
arénosolSol peu différencié, développé sur matériaux très sableux [RPF]
badlands(bad-lands) Type de morphologie fortement marqué par l'érosion en ravines de matériaux tendres et donnant habituellement des sols très maigres, impropres à la culture et peu couverts de végétagtion ('bad land' signifie en anglais 'mauvaises terres').
basalteRoche volcanique basique noire, formant des laves très fluides dont l'expression morphologique la plus courante dans notre région est celle d'entablements ayant fossilisé la trace de cours d'eau anciens.
brunisolSol caractérisé par la formation d'un horizon (B) d'altération, coloré en brun par les oxydes de fer liés à l'argile. Ce type de sol est fréquemment rencontré dans la région sur des matériaux non calcaires (schistes, certains grès, …) ou prélablement décarbonatés, bénéficiant d'un climat tempéré (anciennement sol brun) [RPF].
calcarisolSol calcaire (donc effervescent à l'acide à froid), peu épais, dans lequel le calcium Ca2+ fixe les propriétés chimiques et impose un pH très basique [RPF].
calcisolSol non ou peu calcaire, mais dans lequel le calcium Ca2+ et/ou le magnésium Mg2+ encore très abondants - déterminent les caractéristiques chimiques (anciennement sol brun calcique) [RPF].
calcosolSol calcaire (donc effervescent à l'acide à froid) dans lequel le calcium Ca2+ fixe les propriétés chimiques. Il se distingue des calcarisols moins épais et souvent plus basiques (anciennement sol brun calcaire) [RPF].
calcshisteschiste riche en calcaire
canyonVallée à versants abrupts, habituellement creusée dans des plateaux calcaires. Il s'agit d'une manifestation fréquente des modelés karstiques.
cinériteRoche formée de cendres volcaniques fines déposées dans des lacs. Dans la région, elle alterne souvent avec des tufs volcaniques.
colluvionDépôt de bas de pente, relativement fin, formé d'éléments arrachés aux versants et ayant subi un faible transport (à la différence des alluvions). De ce fait les matériaux des colluvions sont beaucoup plus anguleux que ceux des alluvions, ils sont très proches en composition des matériaux qui leur ont donné naissance et ils ne bénéficient pas d'un tri granulométrique (éléments grossiers et éléments fins sont mélangés dans toute l'épaisseur d'une coupe). Enfin ils occupent souvent des positions caractéristiques dans le paysage : milieux ou bas de pentes. Le colluvionnement est le nom du processus générant les colluvions.
colluviosolSol défini par une roche-mère constituée de colluvions sur au moins 0.5 m d'épaisseur, et caractérisé par une certaine uniformité du profil. Certains colluviosols, développés sur éboulis, atteignent plusisurs mètres d'épaisseur [RPF].
compréhensif(série). Ensemble épais de couches de roches de faciès identiques bien que d'âges souvent très différents.
cône de déjectionPartie d'un torrent située à son débouché, dans lequel la perte dans sa vitesse et sa capacité de transport se traduit par une accumulation en éventail des matériaux transportés les plus grossiers.
cuestaForme du paysage caractérisée par la mise en saillie - dans une alternance de roches sédimentaires dures et tendres relativement épaisses - des couches les plus dures, au détriment des plus tendres qui sont décapées par l'érosion.
détritique(calcaire, et plus généralement roche sédimentaire) Calcaire formé à partir de calcaires préexistants (s'oppose aux calcaires biogènes et aux calcaires physico-chimiques).
dolineDépression fermée des milieux karstiques, dans laquelle le calcaire a été dissous par l'eau de pluie, provoquant l'affaissement du sous-sol sur des dimensions atteignant plusieurs centaines de mètres en extension et plusieurs mètres en profondeur. Les argiles de décarbonatation s'y accumulent, produisant des sols riches qui sont quelquefois les seuls cultivables à la surface des causses (ces sols, souvent acides, ont fréquemment été complantés en seigle, d'où leur nom régional de ségalas). Des dolines plus importantes sont dénommées poljés. La coalescence de plusieurs dolines forme un ouvala.
dolomieRoche sédimentaire carbonatée d'origine chimique ou biologique formée essentiellement de carbonates doubles de calcium et de magnésium (Ca,Mg)CO3)2. L'effervescence à l'HCl ne s'y produit qu'à chaud, ce qui la différencie des calcaires. Les dolomies sont souvent responsables de reliefs ruiniformes du fait de la solubilité importante des carbonates de magnésium.
dolomitosolSol carbonaté et saturé formé habituellement sur dolomie. [RPF]
drainage(a) Capacité naturelle d'un sol à éliminer les excès d'eau. Cette capacité peut être réduite du fait d'un substrat imperméable en profondeur, d'une perméabilité insuffisante du sol ou d'une position topographique empêchant l'évacuation des eaux issues de nappes souterraines.
(b) Aménagement destiné à éliminer l'excès d'eau du sol au moyen d'un réseau de canalisations enterrées ou à ciel ouvert.
duneColline de sable apporté par le vent, et dont la forme asymétrique traduit la direction des vents dominants : pente faible et portance notable au versant au vent, pente forte et faible portance sous le vent. L'instabilité des dunes nécessite souvent des aménagements particuliers, associant fixation mécanique (pieux) et biologique (plantation d'oyats p.ex.), ainsi que des mesures de protection (cheminements balisés p.ex.).
dykeLame de matériau volcanique dur (basalte p.ex.) recoupant le matériau encaissant. Lorsque ce dernier est le plus tendre, l'érosion a pu mettre en valeur le dyke sous la forme d'un mur dressé dans le paysage.
endoréiqueRégion dans laquelle la plus grande partie de l'eau du réseau hydrographique n'atteint jamais la mer. Les raisons en sont en général un climat relativement sec et des conditions topographiques ne permettant pas à l'eau de s'écouler par gravité (cuvettes de déflation éoliennes p.ex.).
éolienDû au vent.
érosionProcessus d'ablation du sol sous l'effet de conditions naturelles (vent, pluie, rivières). L'érosion peut être amplifiée par l'action de l'Homme (déforestation, tassement et/ou mise à nu de sols agricoles, …). C'est l'une des causes majeures de la dégradation des sols en milieu méditerranéen.
facièsEnsemble des caractères (type de roche et de fossiles) qui définissent un dépôt et ses conditions de formation (p.ex. faciès lacustre).
falaisePente rocheuse très forte ou verticale.
fersialsolSol caractérisé par une coloration rougeâtre, une décarbonatation en surface, une saturation en bases supérieure à 65 % et une altération des minéraux primaires ayant libéré des quantités importantes d'oxydes et hydroxydes de fer (d'où la couleur). De tels sols sont couramment rencontrés dans les situations géomorphologiques stables ayant permis le développement de sols sur de longues durées (plusieurs centaines de millions d'années) en climat méditerranéen contrasté. La fersiallitisation est le processus de formation des fersialsols. [RPF]
flyschFormation sédimentaire détritique souvent épaisse, empilée dans des zones de création de relief qui ont ensuite été tectonisées.
garrigueFormation végétale arbustive développée sur matériaux carbonatés en milieu méditerranéen ; la garrigue a son pendant sur matériaux acides : le maquis (il faudrait parler de matorral pour ces deux formations).
gelLe gel hivernal de l'eau présente dans le sol et le sous-sol est l'un des agents de la pédogenèse ; en particulier la gélifraction a pour effet de désagréger les roches imbibées en éclats : dans l'exemple des calcaires, la gélifraction va débiter la roche selon les joints de sédimentation et produire des plaquettes ou des cubes de forme et de taille caractéristiques du matériau originel.
glacisForme du relief caractéristique des régions méditerranéennes, de pente longitudinale régulière et peu inclinée (quelques %). Les glacis tapissent les bas de versants.
glauconieMinéral argileux vert foncé noirâtre à éclat gras, formé en conditions océaniques.
gleyHorizon d'un sol lié à la présence d'eau stagnante, et caractérisé par des teintes grisâtres, bleuâtres ou verdâtres dues à la présence de fer réduit du fait de conditions continuellement anaérobies. Quant à la partie du sol soumise aux fluctuations de la nappe, elle connaît des conditions alternativement anaérobies et aérobies, et se caractérise par la juxtaposition de taches d'oxydation rouille et de taches de réduction : on parle alors de pseudogley.
gneissRoche métamorphique en feuillets, à grain moyen ou grossier, constituée essentiellement de quartz et de feldspaths.
graniteRoche plutonique grenue constituée essentiellement de quartz, de feldspaths alcalins et de biotite. Le granite constitue une majeure partie de l'écorce des continents.
grèsRoche sédimentaire détritique constituée de grains essebntiellement quartzeux, liés entre eux par un ciment. Selon la nature du ciment, on distingue dans notre région des grès argileux, calcaires, ferrugineux ou siliceux.
grèzeFormation des versants constituée de petits éclats de roche anguleux, débités par le gel des parois supérieures et disposés en couches inclinées.
histosolSol très organique dans les 80 premiers cm du profil au moins, souvent formé au détriment de mousses ou sphaignes dont la minéralisation est bloquée par les effets conjugués du froid et de la saturation en eau. Les sols des tourbières sont habituellement des histosols. [RPF]
horstLors des épisodes tectoniques ayant présidé à la naissance des Pyrénées, des phases de compression-distension ont généré dans les roches sédimentaires des fractures, entre lesquelles des panneaux de roche se sont effondrés alors que d'autres ont été soulevés : on parle de relief "en touches de piano" ; les horsts correspondent aux éléments surélevés. Un exemple de ce type de relief est bien visible dans l'arrière-pays montpelliérain (Pic-Saint-Loup, Séranne, Cagnasses … sont des exemples de horsts).
humusMatière organique du sol constituée de débris végétaux plus ou moins transformés. On distingue un humus jeune en cours de dégradation et un humus stable issu d'une lente synthèse microbienne et chimique. La minéralisation est le processus de transformation inverse de l'humification. Selon le processus prédominant, on peut assister à une accumulation de matière organique dans le sol (les sols riches en humus sont dits humifères) ou au contraire à sa disparition.
hydromorphieEnsemble de caractéristiques du sol dues à l'insuffisance du drainage du sol : les conditions anaérobies conduisent à la réduction du fer et du manganèse. Les signes les plus courants de l'hydromorphie sont une coloration bleu-vert des zones constamment engorgées du profil (gley), l'apparition de taches rouille dans les zones où alternent oxydation et réduction (pseudogley), la constitution d'accumulations ferreuses ou manganiques en nodules ou en cuirasses, et la redistribution du calcaire.
hygrophileSe dit d'une végétation fréquentant les zones humides.
illuviationProcessus pédologique de migration verticale d'argile se traduisant par une accumulation de celle-ci dans des couches profondes du sol. Les luvisols sont des types de sols caractérisés par l'illuviation
interfluveSurface comprise entre deux vallées.
karstRelief des régions calcaires, principalement dû à la dissolution des roches par le gaz carbonique des eaux météoriques, dans lequel l'eau de surface s'infiltre très rapidement dans les fractures pour regagner des cours d'eau souterrains, donnant un caractère aride à des paysages pourtant pourvus en eau météorique. La surface est irrégulière du fait des processus de dissolution des calcaires qui créent des avens, des grottes, des dolines, des canyons
lacustreFormé sous l'influence d'un lac.
lapiazForme de surface des roches calcaires dures, constituée de cannelures ou de rigoles métriques ou centimétriques, séparées entre elles par des lames tranchantes (s'écrit aussi lapiès, lapiez, …).
leptyniteRoche métamorphique proche des gneiss, constituée essentiellement de feldspaths et de quartz, de teinte claire et à grain fin, compacte et à débit en pavés.
lithochromieCaractère d'un sol dont la couleur est héritée directement de celle de sa roche-mère.
lithodépendanceCaractère d'un sol directement sous l'influence de sa roche-mère constitutive.
lithosolSol très peu épais (< 10 cm), limité en profondeur par une roche dure continue dont les fragments peu altérés constituent l'essentiel du profil. [RPF]
luvisolSol bien différencié dans sa morphologie par la migration mécanique d'argile et de fer au détriment des horizons supérieurs vers les horizons inférieurs (ce mécanisme est dénommé illuviation). Le profil typique comprend un horizon E appauvri en argile et un horizon BT de 1.4 à 2.0 fois plus argileux, souvent luisant (anciennement sol lessivé). [RPF]
marneRoche sédimentaire meuble et plastique, constituée de calcaires argileux. Les marnes sont moins compactes que les calcaires et moins plastiques que les argiles. Elles happent à la langue et sont effervescentes à HCl.
métamorphismeEnsemble des transformations des roches à l'état solide qui interviennent du fait d'une élévation de pression (dans les profondeurs de la terre) et/ou à des températures supérieures à 200 °C. Ces transformations conduisent à la cristallisation de nouveaux minéraux, et à la formation de textures et de structures de la roche du fait de condition physico-chimiques différentes des conditions de formation de la roche originelle.
On distingue :
  • le métamorphisme général, qui affecte l'ensemble des roches d'une région par enfouissement ou par plissement, et produit les roches cristallophylliennes comme les schistes et les gneiss ;
  • le métamorphisme de contact qui concerne la transformation - essentiellement due à l'élévation de température - due au contact des roches magmatiques.
molasseFormation sédimentaire détritique épaisse constituée de grès tendre à ciment calcaire, de marnes, limons sableux et conglomérats, et dont la variété témoigne de l'alternance de conditions aussi bien marines que continentales (s'écrit aussi mollasse)..
monoclinalStructure géologique dans laquelle les couches sont inclinées dans le même sens sur de vastes surfaces.
moraineAccumulation de blocs rocheux mélangés à de la terre après leur transport par un glacier. Les moraines sont mal triées granulométriquement, et se trouvent déposées par le glacier, soit latéralement, soit à la confluence de deux glaciers, soit encore à sa limite frontale.
mouillèrePetite zone affectée d'un apport d'eau issue d'une source ou d'une concentration temporaire des eaux de pluie.
néoluvisolSol caractérisé par une assez faible altération de la roche-mère traduite par une modeste migration des argiles et du fer aux dépens des horizons supérieurs (E). Les carbonates, chassés du sommet du profil, ont été reprécipités en profondeur, les oxydes de fer colorent les horizons d'accumulation (BT) en brun. La séquence des horizons est A/E/BT avec une transition assez graduelle entre E et BT (anciennement sol brun lessivé). Il s'agit d'un stade d'évolution intermédiaire entre les brunisols et les luvisols.
orogenèseProcessus de formation de chaînes montagneuses sur des zones instables de l'écorce terrestre (p.ex. les orogenèses hercynienne et pyrénéenne).
péliteRoche sédimentaire détritique formée de boue argileuse consolidée par compaction. Les pélites se différencient des argilites (ou shales) par leur composition un peu plus grossière et la présence de fines stratifications.
pélosolSol très argileux et peu évolué. [RPF]
phylladeRoche métamorphique argileuse plus ou moins lustrée, comme les schistes ardoisiers et les schistes sériciteux.
pingoButte des climats périglaciaires composée d'un noyau de glace massive recouvert de sol et de végétation.
podzosolSol très évolué des climats humides et froids, présentant un humus brut très acide (mor) qui se décompose lentement et favorise une forte migration du fer en profondeur, le lessivage des argiles et la formation en profondeur de complexes fer-aluminium-matière organique.
Un profil de podzosol typique comporte une séquence d'horizons de couleurs contrastées - noir, cendré clair, blanc et rougeâtre. Dans certains sols, la podzolisation n'est décelable qu'à l'analyse de laboratoire, on parle de sols cryptopodzoliques. Les intermédiaires entre véritables podzosols et alocrisols sont dénommés ocriques. [RPF]
poudingueRoche sédimentaire détritique formée de graviers ou pierres arrondis et liés par un ciment. Les poudingues se distinguent des brèches qui sont également des conglomérats dans lesquels les éléments grossiers sont anguleux.
rankosolSol des montagnes humides à horizon humifère bien formé surmontant directement une roche-mère cohérente. Les rankosols doivent leur formation, soit à l'érosion sur fortes pentes de roches dures et acides (granite p.ex.), soit à un climat froid et humide. Certains rankosols peuvent présenter les caractéristiques chimiques de podzosols, ou au contraire les traits de milieux xériques. [RPF]
réductisolSol dans lequel ont lieu des processus de réduction chimique sous l'influence d'un excès d'eau. De tels sols présentent en général des horizons tachés de gris et de rouille, et/ou des horizons bleutés dénommés gley [RPF].
réglé(versant) Versant de pente longitudinale régulière, en équilibre mécanique.
régosolSol obtenu par érosion d'une roche tendre. Ces sols sont habituellement très peu profonds, peu évolués et ne présentent donc pas d'horizons différenciés. Un sol régolithique a les caractères d'un régosol. [RPF]
rendosolSol peu épais formé sur roche-mère calcaire, et ne présentant qu'un horizon A1 riche en matières organiques et en carbonates, foncé et grumeleux. Le pH dépasse 8 (anciennement rendzine,d'où le terme rendziniforme pour caractériser les sols proches). [RPF]
restanquePlate-forme créée dans les régions méditerranéennes montagneuses par le décaissement de la pente en amont et le remblaiement de cette pente à l'aval (on parle aussi de terrassette ou de terrasse anthropique).
ripisylveVégétation des bords des cours d'eau.
RissL'une des glaciations de l'ère quaternaire
ruffeDénomination locale des sédiments permiens du Lodévois. Ceux-ci sont habituellements formés de couches fines lie-de-vin de pélites et de shales qui se débitent en plaquettes et sont très sensibles à l'érosion, donnant de la sorte des paysages très ravinés.
sapropèleVase riche en matière organique.
saturationEtat d'une solution qui ne peut dissoudre une quantité supplémentaire de la substance dissoute. S'emploie en pédologie pour :
  • la saturation du complexe adsorbant en anions et cations : un sol saturé est habituellement plus stable mécaniquement et plus fertile chimiquement ;
  • la saturation en eau : un sol saturé ne peut plus retenir d'eau supplémentaire, celle en excès draine
.
schisteRoche susceptible de se débiter plus ou moins facilement en feuillets, et ayant acquis cette propriété sous l'influence de contraintes tectoniques : la plupart des schistes sont des roches métamorphiques. Les ardoises sont des exemples connus de schistes. Les micaschistes sont des schistes plus fortement métamorphisés.
scorieRoche formée de fragments de lave volcanique qui ont été expulsés à l'état liquide et se sont solidifiés ensuite. Les scories sont de taille millimétrique à centimétrique, légères, bulleuses, de forme irrégulière et piquante.
selNom courant du chlorure de sodium NaCl, minéral extrêmement courant dans les sols littoraux et ceux développés à partir de certaines couches géologiques. Les sols salins contiennent des quantités importantes de chlorure de sodium ou de gypse qui les rendent quelquefois impropres à l'agriculture. Les sols très salins portent une végétation résistante, dite halophile. La salinisation des sols peut être la conséquence d'une mauvaise gestion de l'eau d'irrigation.
silexRoche formée à partir de silice dans de la craie en cours de constitution. Forme des rognons centimétriques souvent disposés en lits. Les chailles correspondent à des stades d'évolution moins marqués du même processus.
solifluxionProcessus d'écoulement lent du sol sous forme de boue.
sotchDépression fermée des causses, résultant habituellement d'un effondrement (synonyme de doline)
terra rossaMatériau formé d'argiles de décarbonatation, constituant le résidu de la fonte d'affleurements calcaires durs sous l'influence des eaux météoriques (décarbonatation) suivie d'une lente déshydratation des oxydes de fer libérés (rubéfaction). Ce matériau constitue l'essentiel des fersialsols.
terrasseForme topographique plane résultant de l'accumulation d'un matériau souvent grossier, habituellement trié, sous l'influence d'un cours d'eau (alluvionnement), de la mer ou d'un lac. Les terrasses alluviales sont les terrasses les plus courantes dans notre région.
Ne pas confondre avec les terrasses anthropiques, édifiées par l'Homme, que l'on dénomme restanques.
torRelief ruiniforme issu de l'altération de roches cristallines comme les granites, et pouvant présenter des aspects spectaculaires comme des empilements de boules rocheuses
tourbeDépôt de matière organique qui se décompose très peu du fait d'un milieu très peu aéré et saturé en eau : les tourbières sont des marais où se forme la tourbe. Les sols développés sur ce matériau sont souvet des histosols.
troncaturePhénomène par lequel les horizons de surface 'naturels' d'un sol ont été enlevés par érosion. On parle de sol tronqué ou décapé.
tufRoche formée de matériaux cimentés en un ensemble aéré, de faible densité. Deux catégories courantes dans notre région :
  • les tufs calcaires formés aux émergences de sources très calcaires, ou des conditions de cascade dégazent le CO2 de l'eau et provoquent la précipitation du carbonate de calcium ;
  • les tufs volcaniques agglomérant des débris de roches volcaniques.
valléeZone allongée, produite par un cours d'eau ou un glacier. Le talweg est le chemin joignant les points les plus bas le long de la vallée.
villafranchienAu sens large, époque géologique à l'articulation entre les ères tertiaire et quaternaire.
xérophileQualifie une végétation qui tolère des climats chauds et secs (comme le climat méditerranéen).