• English
  • Français
slideshow 1 slideshow 2 slideshow 3 slideshow 3 slideshow 3 slideshow 6 slideshow 7 slideshow 8 slideshow 9 slideshow 10 slideshow 11 slideshow 12 slideshow 13 slideshow 14 slideshow 15 slideshow 16

Vous êtes ici

√ Niveau requis: 
√ Début du stage: 
01-02-2017
√ Durée: 
5 mois
√ Lieu: 
2 place Viala 34060 Montpellier cedex 2 FRANCE
√ Indemnité: 
€520
√ Contact: 
Denis Feurer > téléphone : +33 (0)4 99 61 21 39 >email : denis.feurer@ird.fr
√ Description: 

Descriptif du sujet  (contexte, objectifs…)
Les déterminants responsables de l’évolution d’une ressource et de ses usages sont extrêmement variés et même conjugués. Au-delà du fonctionnement physique du milieu, les questions relatives à l’eau sont intimement liées aux enjeux sociaux (usages de la ressource, prélèvements) et politiques (choix d’aménagement et de règles de gestion) locaux et nationaux. Par exemple, sur le bassin de l’oued Merguellil, la crue millénale de 1969 est considérée comme l’événement hydrologique extrême, déclencheur d’un changement radical des usages de l’eau dans le bassin amont du Merguellil. Le passage d’une petite agriculture irriguée par détournement des eaux de crue (petits canaux, seguia) installée le long du lit de l’oued aurait été amorcé au profit de l’installation de motopompes puis de puits, à cause du caractère particulièrement destructeur de la crue de 1969. Si à l’aval du bassin, dans la plaine de Kairouan, les bouleversements ont bien été profonds et généralisés (destructions, charriage de sédiments et redistributions des sols), les travaux interdisciplinaires récents montrent qu’à l’amont la situation est plus contrastée. Les témoignages des agriculteurs ainsi que les documents historiques montrent une forte hétérogénéité quant à l’importance accordée à la crue. Ainsi pour certains d’entre eux la crue a été un événement marquant dans l’évolution de leurs pratiques d’irrigation, pour d’autres l’incitation des politiques publiques s’est révélée être un déclencheur bien plus déterminant.
Dès lors, le projet de stage proposé ici s’attache à mettre les résultats de ces travaux en perspective avec l’identification des changements morphologiques issue de l’analyse des séries photographiques aériennes ante et post crue (séries 1963 et 1974). L’objectif est de permettre la quantification les changements physiques profonds survenus sur et autour des réseaux hydrographiques sur les périodes couvertes par des missions de cartographie aérienne. Au-delà de ce cas d'étude, disposer des moyens de caractériser et quantifier les changements physiques du milieu sur des périodes de temps de plusieurs dizaines d'années dans le passé permettra de contribuer aux systèmes d'observation long-terme (p.ex. ORE OMERE), d'envisager des études géomorphologiques quantitatives, mais aussi le calage de modèles et/ou de scénarios d'évolution à l'échelle décennale.

Méthodologie et démarche :
Il s’agira dans un premier temps d’identifier et de collecter les photographies d’archives sur la zone traversée par le lit du Meguellil. Il est ensuite prévu de réaliser un traitement photogrammétrique Structure from Motion (SfM) des photos aériennes anciennes afin d’obtenir un modèle numérique de surface à fine échelle pour chaque période (avant et après la crue). La distribution spatiale des volumes de terrain accumulés ou érodés ainsi quantifiée sera analysée puis discutée afin d’identifier les zones où la crue de 1969 a eu le plus d’impact sur la morphologie des terres et donc potentiellement sur les pratiques agricoles et le passage à la mobilisation des eaux souterraines. Si la technique SfM est parfaitement adaptée aux images numériques, elle peut poser des problèmes pour des supports argentiques anciens (absence de certificats de calibration) qu’il est nécessaire de résoudre pour obtenir la précision souhaitée de l’ordre de la résolution de l’image. Ce point nécessitant la résolution de problèmes méthodologiques, une alternative  a été envisagée afin de pouvoir restreindre à 2 dimensions l’analyse de l’évolution géomorphologique. Après numérisation et géoréférencement des images un travail de délimitation des tracés de l’oued et des zones alluvionnaires sera réalisé avec la caractérisation des zones cultivées. Dans ce cas, seule la distribution spatiale des zones modifiées sera analysée puis discutée.

Compétences et savoir-être recherchés :

  • motivation et assiduité au travail
  • esprit d'initiative et du travail en équipe
  • connaissances théoriques et pratiques en photogrammétrie
  • utilisation d’Apero/Micmac ou Agisoft Photoscan ou autre chaîne photogrammétrique libre comme VisualSFM
  • anglais
  • qualités de rédaction et de synthèse
  • curiosité envers les problématiques d’évolution de l’environnement et des ressources en eau

MODALITES D'ACCUEIL
Equipe d'accueil : UMR LISAH, Campus Supagro ; 2 place Pierre Viala, 34000 Montpellier
Indemnité : indemnités officielles (moyenne de 520€/mois)
Hébergement : envisageable dans les résidence du campus de Supagro (s’y prendre au plus tôt)

CANDIDATURE
Envoyer CV et lettre de motivation avant le 20 janvier à sylvain.massuel@ird.fr et denis.feurer@ird.fr