• English
  • Français
slideshow 1 slideshow 2 slideshow 3 slideshow 3 slideshow 3 slideshow 6 slideshow 7 slideshow 8 slideshow 9 slideshow 10 slideshow 11 slideshow 12 slideshow 13 slideshow 14 slideshow 15 slideshow 16

Vous êtes ici

Bouteffeha Maroua
Situation administrative: 
ancien personnel
√ ACTIVITÉ: 

Thèse de doctorat  «Échanges hydrologiques surface-souterrain induits par une retenue collinaire en milieu méditerranéen : quantification et analyse».

Les retenues collinaires sont des aménagements hydrauliques largement rencontrés en Afrique du Nord, et plus généralement dans les zones arides et semi-arides de la planète. Ils visent à la fois la conservation en eau dans les bassins versants amont et la rétention des matériaux issus de l'érosion afin d'éviter l'envasement des grands barrages en aval. L'implantation et la gestion de l'eau mobilisée par les retenues collinaires doivent s'appuyer sur une connaissance de leur fonctionnement hydrologique. Or ce fonctionnement est encore peu connu, en particulier l'effet des échanges retenue-souterrain, constitue une question très ouverte.

Ce travail vise plus particulièrement à approfondir la connaissance des échanges surface-souterrain induits par une retenue collinaire, en quantifiant leur variabilité temporelle et en identifiant leur dynamique, i.e. les facteurs et mécanismes à l'origine de ces échanges. L'étude s'appuie sur le bassin versant expérimental de Kamech (Tunisie, Cap-Bon),de l'Obervatoire de Recherche en Environnement OMERE.

Dans la première partie de ce travail, une approche de bilan hydrologique a été développée et a permis de montrer que les échanges retenue-souterrain sont dominés par l’infiltration, qui représente environ 79 % des pertes à la retenue collinaire et dépassent largement les pertes par évaporation qui ne représentent que 21 %. Pourtant l’analyse croisée des dynamiques hydrologiques dans la retenue et dans la nappe au voisinage de la retenue a mis en évidence des échanges qui se produisent dans les deux sens : des échanges dominés par un flux d’infiltration avec la nappe au pied du barrage, par contre, les échanges avec la nappe latérale des versants se produisent dans les deux sens mais restent très fugaces.

Les résultats préliminaires de l’approche de modélisation développée dans ce travail ont permis de souligner la complexité des échanges retenue-souterrain et montre que la relation entre la hauteur d’eau dans la retenue et le flux d’infiltration n’est pas univoque et présente des comportements différents entre la phase de montée et la phase de descente du niveau d’eau dans la retenue.