• English
  • Français
slideshow 1 slideshow 2 slideshow 3 slideshow 3 slideshow 3 slideshow 6 slideshow 7 slideshow 8 slideshow 9 slideshow 10 slideshow 11 slideshow 12 slideshow 13 slideshow 14 slideshow 15 slideshow 16

Vous êtes ici

√ Niveau requis: 
√ Début du stage: 
01-03-2022
√ Durée: 
6 mois
√ Indemnité: 
€600
√ Contact: 
David Crevoisier > téléphone : +33 (0)4 99 61 27 64 >email : david.crevoisier@inrae.fr
Cécile Dagès > téléphone : 04 99 61 24 15 >email : cecile.dages@inrae.fr
Marc Voltz > téléphone : +33 (0)4 99 61 23 40 >email : marc.voltz@inrae.fr
√ Description: 

Contexte :

Le constat désormais récurrent de la contamination des eaux superficielles et souterraines, notamment par les pesticides (Commissariat Général au Développement Durable, 2011) a conduit à de nouvelles réglementations pour reconquérir la qualité des eaux (Directive Cadre Européenne sur l’eau (DCE) du 23 octobre 2000 (directive 2000/60) , Grenelle de l’Environnement – protection des aires d’alimentation de captage, 2007). Leur mise en œuvre suppose notamment de concevoir des modes de gestion agricole et paysagère limitant les impacts sur la qualité des eaux. Leur conception suppose de bien connaître les voies de dispersion des pesticides dans l’environnement et leur facteur de variation.

Cette dispersion de pesticides dans l’environnement et les contaminations consécutives résultent de très nombreux processus interdépendants s’opérant dans l’air, les eaux de surface et souterraine, les sols. Une évaluation systémique des contaminations à l’échelle paysagère et de l’exposition des écosystèmes nécessite une approche de modélisation intégrée qui couple l’ensemble de ces processus, et prenne en compte les éléments paysagers et anthropiques les contrôlant : les parcelles et pratiques agricoles associées, les infrastructures paysagères. De telles modélisations intégrées sont très peu nombreuses au plan international. Le modèle MIPP, co-développé au LISAH (Voltz et al., 2017) à partir de modélisations spécifiques, atmosphériques et hydrologiques (ex. Volt’Air (Bedos et al., 2009), Fides (Loubet et al., 2001), MHYDAS (Moussa et al., 2002; Biarnès et al., 2017)), s’inscrit dans une telle approche. Il présente deux innovations principales par rapport à la littérature. Une première innovation est un couplage plus approfondi de l’ensemble des processus de dispersion dans l’atmosphère et dans le sol. Une deuxième innovation est la résolution spatiale détaillée, permettant la représentation des mosaïques de parcelles et d’infrastructures paysagères avec leurs relations topologiques, ainsi que la prise en compte de l’évolution des états de surface du sol en lien avec les pratiques culturales et la gestion des infrastructures.

 

Objectif :

L’objectif de ce stage est de modéliser le devenir des pesticides dans un bassin versant viticole à l’aide du modèle MIPP et d’analyser la hiérarchie des voies de contamination (aérienne versus hydrologique) des masses d’eau avales pour des pesticides aux propriétés contrastées.

 

 

Démarche et travaux à mener

Ce stage contribuera au projet Ecophyto RIPP-Viti (coord. M. Voltz, LISAH), qui vise à élaborer de nouvelles stratégies de réduction d’usage et d’impact des pesticides en milieu viticole, qui soient territorialisées, durables et acceptables par la diversité des acteurs agricoles. Il s’appuiera sur le bassin versant du Rieutord, site d’étude du projet et bénéficiera des bases de données déjà assemblées. La modélisation sera conduite avec le modèle MIPP.

 

La démarche consistera à (i) instancier MIPP sur le bassin versant du Rieutort (ii) évaluer sa capacité à reproduire les ordres de grandeurs des concentrations mesurées dans les eaux et dans l’air (iii) analyser la variabilité de la contamination et de ses voies pour des molécules de pesticides à propriétés contrastées.

Le stage inclura:

  1. Une analyse bibliographique du devenir des pesticides dans l’environnement et sa modélisation.

  2. La prise en main du modèle MIPP

  3. La prise en main de la base de données sur le Rieutort

  4. La mise en œuvre d’une segmentation hydrologique du Rieutort adaptée à MIPP à partir d’outils dédiés

  5. L’élaboration de scripts R pour préparer les fichiers d’entrée de MIPP et pour post-traiter les sorties.

  6. La simulation des flux de pesticides dans les compartiments air, sol et eau sur le bassin du Rieutord pour une gamme de molécules pesticdes

  7. La rédaction des résultats sous la forme d’un article scientifique

 

La poursuite du stage par un CDD de 9 mois pourra être envisagée suivant les résultats acquis.

 

Compétences souhaitées : bases en physiques des transferts, écodynamique des pesticides, qualité des eaux, expérience d’approches de modélisation, programmation, capacité rédactionnelles et de travail en équipe.

 

Encadrement, lieu d’accueil et conditions matérielles :

Cécile Dagès (CR INRA) : cecile.dages@inrae.fr

Marc Voltz (DR INRA) : marc.voltz@inrae.fr

David Crevoisier (IR INRA) : david.crevoisier@inrae.fr

 

UMR LISAH, 2 place Pierre Viala

34060 Montpellier cedex 02

http://www.umr-lisah.fr

Durée et période : 6 mois, début mars-avril 2022.

Rémunération selon grille INRAe (environ 600 euros/mois) ; Accès à la cantine de l’établissement à tarif réduit.

 

Modalités de candidature

Envoyer CV et lettre de motivation à cecile.dages@inrae.fr

Statut stage: